You are here : accueil > Madeleine 2019 > Rétros Madeleine > Rétro Madeleine 2010 > Cartels 2010 > Corrida du 20 juillet 2010

Corrida du mardi 20 juillet

­­­
La corrida du jour

Le second rendez-vous des figuras de la Madeleine. La confrontation José Tomas/Castella rendue impossible suite à la gravissime blessure mexicaine de JT, la féria conservera son lustre et sa seconde confrontation de vedettes. D'un artiste résolument à part à un autre, la présence de Morante de la Puebla confirme le prestige de la programmation. Entre l'Art et le pouvoir, le public devrait se rassasier d'émotions fortes pour cet exceptionnel final, réunissant un élevage marquant de l'édition 2009 et deux monstres sacrés de la tauromachie actuelle. Le feu d'artifice final de la Madeleine 2010.

L'avis de la commission taurine­

Dès connaissance du forfait médical définitif de José Tomas, la présence du génial Morante de la Puebla était une évidence. Torero à la fois le plus baroque et le plus classique, hors normes et finalement inclassable, cet artiste exceptionnel occupe un statut volontairement marginal dans le toreo et hisse l'art taurin dans son expression majeure. Une merveilleuse page encore blanche est à écrire pour lui au Plumaçon : une écriture à deux mains, avec un Sébastien Castella en passe de devenir le numéro un de l'escalafon, qui laisse espérer un merveilleux final de cette feria construite pour donner du rêve à l'aficion.


­­ image : portrait Manolo Sanchez ­­

MANOLO SANCHEZ

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2009
  • place : 56
  • nombre de corridas : 11
  • oreilles : 14
  • queues : 0
­
­
­Artiste fin de Valladolid, Manolo Sanchez n'est pas un inconnu au Plumaçon où il a déjà toréé à de nombreuses reprises. Novillero déjà prometteur par sa main gauche déjà extraordinaire, il n'a jamais quitté les ruedos, démontrant ainsi, saison après saison, que la maturité de sa tauromachie lui donnait un cachet particulier, et une saveur ronde. Les naturelles de Manolo Sanchez sont parmi les plus pures, et il ne se laissera pas impressionner par la confrontation des deux figuras qui défileront à ses côtés. Dès qu'un opposant aura les qualités nécessaires, il aura nécessairement à coeur de prouver au public que les rôles de figurant ne sont pas pour lui, et que sa présence dans toutes les grandes ferias ne relève pas forcément du hasard.


­­ image : portrait Morante de la Puebla 

MORANTE DE LA PUEBLA

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2009
  • place : 11
  • nombre de corridas : 49
  • oreilles : 25
  • queues : 0
­
­
­L'artiste de la Puebla est sans doute le plus bel interprète actuel de la tauromachie de cape, et le plus profond muletero qui soit. Un statut à part dans la toreria, artiste et valeureux (ses graves blessures prouvent le sitio exposé dans lequel il se relâche), auteur d'une tauromachie aboutie et dépositaire de l'art de tous ses glorieux prédécesseurs (de El Gallo à Paula en passant par Pepe Luis ou Pepin Martin Vasquez), il a révolutionné Nîmes (1 queue, le jour de la réédition de la " suerte de la chaise") et surtout Madrid, pour la deuxième année consécutive, encore sous le choc d'une cape unique, magique et définitive. Une immense star, encore quasi inédit au Plumaçon, pour conserver l'éclat de ce cartel d'exception, et voir une conception unique du toreo.


­­  image : portrait Sébastien Castella

SEBASTIEN CASTELLA

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2009
  • place : 9
  • nombre de corridas : 54
  • oreilles : 83
  • queues : 0
­
­
­Depuis ses débuts, Sébastien Castella revendique haut et fort une ambition sans complexe : être le premier. Au fil des temporadas, il a montré sa régularité, son courage et une impassibilité devant les cornes. 2009 fut la saison de la consécration, avec des triomphes définitifs dans toutes les grandes arènes, et surtout à Madrid, faisant de Castella le triomphateur absolu de la temporada. Son grand retour dans le Sud Ouest taurin par la Madeleine aura marqué une évidence : la biterrois non seulement s'impose, mais imprime une nouvelle dimension artistique à son toreo, gagnant en profondeur, que ce soit à la cape ou à la muleta. Les terrains qu'il foule en font le grand compétiteur de José Tomas. Le Plumaçon, arène fière de ses figuras, crée l'évènement pour son final 2010.­


­­  image : fer et devise élevage victoriano del rio­

VICTORIANO DEL RIO

Origine : Juan Pedro Domecq y Diez
Ancienneté : 12 Juillet 1942
Finca : "El Palomar" Guadalix de la Sierra (Madrid)

Temporada 2009 :
10 corridas
3 novillada
42 oreilles coupées
3 vuelta al ruedo­

  • Victoriano del Rio
    lien vers description de l'élevage "Victoriano del Rio" sur www.terredetoros.com

 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus