You are here : accueil > Madeleine 2019 > Rétros Madeleine > Rétro Madeleine 2010 > Cartels 2010 > Corrida du 19 juillet 2010

Corrida du lundi 19 juillet

­­
La corrida du jour

Une double innovation : une corrida dédiée à "l'arte", déclinant toutes les facettes de la tauromachie, de l'art équestre au toreo à pied. Pablo Hermoso de Mendoza a hissé le rejoneo au rang des arts majeurs, avec des chevaux stars. Enrique Ponce, triomphateur de la Madeleine 2009 et Daniel Luque, étoile montante, rivaliseront entre eux, et avec lui, pour tenter d'offrir une explosion de sentiments, en faisant résonner la "musique tue" du toréo décrite par Bergamin, avec la ganaderia d'El Pilar, une des valeurs sûres des ferias majeures.

L'avis de la commission taurine­

Pari risqué, osé, forcément aléatoire donc à prendre. Une corrida mixte et artiste à la fois, permettant l'inclusion du cinquième as de la tauromachie actuelle (Pablo Hermoso de Mendoza) aux stars incontournables déjà programmées.­ Mont de Marsan, par respect pour son public, a décidé de pallier les absences sur blessure de deux toreros vedettes par des substitutions de grand luxe, maintenant ainsi l'originalité, l'attractivité et l'ambition des cartels d'origine. Enrique Ponce fera ainsi son second paseo à la Madeleine en remplacement d'Aparicio, blessé à Madrid. Et si quelques toros ont le bon goût d'embister…


­­ ­­ image : portrait Pablo H. de Mendoza

PABLO HERMOSO DE MENDOZA

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2009
  • place : 1
  • nombre de corridas : 62
  • oreilles : 126
  • queues : 7
­
­
­ Empereur du toreo à cheval et habitué du Plumaçon, enchanteur de mille et une nuits des portugaises avec sa maîtrise coulée, sa suavité extrême et ses cuadras de caballos tous stars de leur vivant, depuis l'inoubliable Cagancho jusqu'aux actuels Chenel, Labrit ou Pirata, il a fait franchir au rejoneo une étape majeure qui s'inscrit désormais à égalité du toreo à pied. La présence de Pablo dans le cadre d'une corrida mixte et de luxe n'a rien de nouveauté : il est le seul capable de rivaliser tranquillement avec les plus grandes figuras actuelles, et de leur opposer un art et un temple aussi aboutis. Un rendez-vous exceptionnel pour une confrontation de style, ici inédite, mais habituelle dans les places fortes du toréo. Dorénavant, à Mont de Marsan également.


­­ image : portrait Enrique Ponce 

ENRIQUE PONCE 

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2009
  • place : 8
  • nombre de corridas : 54
  • oreilles : 92
  • queues : 4
­
­
­ Julio Aparicio sera passé en 24h des cieux nîmois à l'enfer madrilène, la bouche transpercée de part en part par une corne entière, interrompant la temporada de cet artiste unique. Pour le remplacer, et conserver la connotation du cartel initial, Enrique Ponce. Les similitudes entre les tauromachies de Hermoso de Mendoza et Ponce sont nombreuses : techniques incomparables, dominio de la plupart des toros, suavité et chic absolus.
Une confrontation exceptionnelle au Plumaçon. Le toreo de Ponce, sous une facilité apparente - la fameuse "difficile facilité" -, s'appuie sur une science encyclopédique et un décryptage quasi instinctif de presque tous les toros.
Le tout au service d'une toreria de grande classe alliant plastique et liaison entre les muletazos pour que la faena se déroule comme un ruban de soie.


­­  image : portrait Daniel Luque

DANIEL LUQUE

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2009
  • place : 13
  • nombre de corridas : 44
  • oreilles : 73
  • queues : 11
­
­
­Jeune loup dévoré d'une ambition propre, le torero de Gerena est chez lui à Mont de Marsan, depuis son premier vrai triomphe dans une grande arène française en 2008 (3 oreilles aux Torrestrellas). S'il a pu donner l'impression de marquer le pas en ce début de temporada, ses triomphes retentissants à Nîmes (4 oreilles aux Garcigrande) et Madrid (lors de la désormais historique tarde des 5 quites avec Morante), le replacent incontestablement aux premiers rangs de la relève potentielles des grandes figuras de ce début de siècle. Puisant sa tauromachie aux sources du toreo sevillan, il mêle à un pouvoir exceptionnel sur les toros des fulgurances artistiques, notamment par le bas avec la muleta, qui font de lui un artiste déjà très accompli, couplé d'un compétiteur né.


­­ image : fer et devise élevage Fermin bohorquez 

BOHORQUEZ

Origine : "Murube - Urquijo"
Ancienneté : 17 mai 1951
Finca ­: "Fuente Rey" Jerez de la Frontera (Cadix)

Site Internet

­ image : fer et devise élevage el pilar­ 


­EL PILAR

Origine : Aldeanueva
Ancienneté : 30 juin 1991
Finca : "Puerto de la Calderilla" Tamames (Salamanque)

Temporada 2009 :
7 corridas 1
novillada. 24 oreilles coupées
2 vueltas al ruedo­

  • El Pilar
    Lien vers description de l'élevage "El Pilar" sur www.terredetoros.com

 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus