You are here : accueil > Madeleine 2019 > Rétros Madeleine > Rétro Madeleine 2010 > Cartels 2010 > Corrida du 17 juillet 2010

Corrida du samedi 17 juillet

­
La corrida du jour

Première des deux sensationnelles confrontations de figuras : Enrique Ponce, triomphateur de la Madeleine 2009 et El Juli, torero emblématique du Plumaçon, croiseront le fer. Lors des dernières Fallas, El Juli a remporté une manche en coupant 4 oreilles. Réplique immédiate du maestro Ponce lors du combat gigantesque livré au déjà célèbre "Osiris". Une revanche à Mont de Marsan, qui, comme Bilbao ou Nîmes, sera le théâtre de cette confrontation particulière ? Pour cet évènement, sont annoncés les toros de Garcigrande, présents systématiquement dans toutes les grandes ferias.

L'avis de la commission taurine­

Mont de Marsan : feria mixte. Les affiches sont donc basées sur des toros et des toreros de renom. Outre la présence traditionnelle de vedettes à la Madeleine, la nouveauté 2010 réside dans la réunion de plusieurs " figuras" le même jour pour des confrontations de premier rang. El Juli, ici dans son jardin depuis 1995, et Enrique Ponce en son royaume au centre du Plumaçon en 2009, pour une confrontation valant promesse de plaisirs attendus pour les spectateurs montois. Et qui replace le Plumaçon dans la cour des grandes plazas internationales.
­

­­­ ­ image : portrait Enrique Ponce

ENRIQUE PONCE­

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2009
  • place : 8
  • nombre de corridas : 54
  • oreilles : 92
  • queues : 4
­
­
­20 ans de présence incontestable au sommet, et le torero de Chiva est passé du statut de "figura" à "maestro", le mundillo le consacrant d'abord comme une référence de technique, puis de bon goût et de classe. Alors que l'histoire de Ponce et du Plumaçon s'inscrivait dans une fidélité convenue, sans véritable passion, mais avec une attente mutuellement respectueuse, le retentissant triomphe de 2009 face à son élevage fétiche de Samuel Flores (3 oreilles) lui a permis "d'entrer" définitivement dans le cœur des Montois. La longue ovation aux cris de "torero, torero" reçue au centre du ruedo émut tout le monde, lui en premier. Ponce chez lui à Mont de Marsan, comme partout ailleurs sur la planète taurine, était la belle et bonne nouvelle de la Madeleine 2009.


­­ ­ image : portrait El Juli

EL JULI

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2009
  • place : 5
  • nombre de corridas : 58
  • oreilles : 78
  • queues : 1
­
­
­Depuis sa première becerrada (1995), et les triomphes ininterrompus connus dans cette plaza, El Juli se considère légitimement comme un torero "de Mont de Marsan". La Madeleine l'a depuis longtemps consacré en "figura", comme l'ensemble des grandes arènes qui se rendent toutes en 2010 à l'implacable maestria d'El Juli, qui a triomphé avec force et indiscutable dominio dans toutes les places fortes cette saison : Arles, Valencia, Séville, Nîmes, Madrid, Barcelone… Un palmarès éloquent et une aficion unanime. Après son geste de 2009 (2 oreilles aux La Quinta et une nouvelle sortie à hombros), il revient pour une confrontation inédite à Mont de Marsan avec Enrique Ponce. Et voudra sans aucun doute, avec son inépuisable rage de victoires, en sortir encore vainqueur.


­­ image : portrait Matias Tejela 

MATIAS TEJELA

­Escalafón France-Espagne-Portugal 2009
  • place : 19
  • nombre de corridas : 33
  • oreilles : 53
  • queues : 2
­
­Peu vu à la Madeleine, où il ne passa pourtant pas inaperçu en 2004, coupant 2 oreilles et sortant en triomphe, Tejela reste une valeur sûre dans toutes les arènes de 1e catégorie. Les oreilles coupées en 2009 à Séville, Madrid ou Valencia, paraphent une carte de visite qu'envient bien des toreros. Longtemps classé dans la catégorie des "jeunes loups", Tejela possède une soif de triomphe et une saine ambition professionnelle qui font que peu de toros lui résistent. Invité à ce cartel de luxe, il saura à coup sûr tirer son épingle du jeu dès qu'une opportunité se présentera et ne voudra pas s'en laisser compter par ses glorieux ainés, Enrique Ponce et El Juli. La "competencia" au Plumaçon, gage d'émotions espérées dans une journée placée résolument sous le signe de la classe.­


­­ image : fer et devise élevage garcigrande 

Garcigrande

Origine : Juan Pedro Domecq Solis
Ancienneté : 29 juin 1986
Finca : "Garcigrande" Alara (Salamanque)


Temporada 2009 :­
10 corridas
45 oreilles coupées
2 rabos 1 vuelta al ruedo
1 indulto ­
­

  • Garcigrande
    Lien vers description de l'élevage "Garcigrande" sur www.terredetoros.com

 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus