Vous êtes ici : accueil > Madeleine 2018 > Programme des fêtes 2018 > RDV culturels 2015

Rendez-vous culturels 2015

­­ ­­ ­

Tous les jours au­ campo de feria

­­Lieu d'exposition et de rencontre, l'espace Toreart reçoit chaque année des artistes de renom pour découvrir et défendre les multiples facettes de la culture taurine.­
  image : Photo exposition Toreart­­

Inaug­uration de l'exposition le mercredi 22 juillet à 16h45
avec ­Joséphine Douet, ­Diego Ramos, ­­Georges Briata
­
image : Photo exposition Toreart
­Tous les jours de 16h à 17h30­
Avec passion, chaque jour à partir de 16h (sauf le mercredi à 16h45 - voir ci-dessus), un rendez-vous taurins avec la Librairie Lacoste et la participation de France Bleu Gascogne.
Rencontres culturelles, débats, dédicaces d'auteurs avec la participation de toreros, chroniqueurs taurins, aficionados…
Des moments privilégiés, ouverts à tous pour entrer dans l'intimité du mundillo.

image : Visuel Toreart



­ ­ Musicamas - Édition 2015­


­ image : les 15 ans de la peña El Juli­

Mercredi 22 juillet à 22h : Le BUENA FIE­STA BUS

Après quatre ans de méditation dans un temple bouddhiste, les membres du Buena Fiesta Bus ont aménagé un autobus pour faire le tour du monde à la recherche de musiques exotiques. Suite à ce périple agité, ils ont enfin trouvé un sens à leur vie : faire danser les foules et délivrer un message d'amour universel. Après leur tournée triomphale aux USA, ils viennent ambiancer la vieille Europe avec une date exceptionnelle à Mont de Marsan. A ne rater sous aucun prétexte !!!  

Jeudi 23 juillet à 22h : DTC CLUB

Le collectif DTC CLUB se compose de 3 DJ's venant de Bordeaux, Bayonne et Mont de Marsan, qui propose un mix indé funk, rock, hip-hop and all others good music... pour une ambiance bouillonnante et festive !!!

Vendredi 24 juillet à 22h : Minima Social Club (Agen)

  image : affiche Musicamas édition 2015 - Mont de Marsan­ ­Rock ravageur ou swing entraînant, le Minima ne laisse pas indifférent. Le banjo à la main, accompagné d'une puissante contrebasse, c'est avec passion que le groupe dépoussière tous les styles musicaux avec des reprises festives et des compositions originales.

Depuis 2008, les 6 musiciens ne se contentent pas de faire des concerts, ils vibrent, ils embrasent, ils virevoltent, ils se jettent, ils entêtent, ils énergisent ! Aussi à l'aise sur une grande scène (en première partie de Zaz, devant 12 000 personnes, ou de Che Sudaka à Mont-de-Marsan) qu'en caf'conc, leur bonne humeur se répand comme un virus qui n'aurait pas de remède et le public en redemande ! Les six larrons du groupe ont ce petit supplément d'âme qui fait que le résultat est percutant, aussi bien lorsqu'il s'agit de dépoussiérer un style de musique que de rendre au public tout le bien qu'il pense d'eux.

Samedi 25 juillet à 22h : David Cairol (Anglet)

Si l'âme du reggae n'est jamais très loin dans les compositions de David Cairol, c'est pour mieux entrer en fusion avec la sensualité de la soul-music et la verve combative de la folk ou du hip-hop. Son voyage n'a finalement qu'une seule destination : l'abolition des frontières musicales. Ce jeune chanteur, auteur et compositeur basque compte déjà a son actif plus de 300 concerts. Remarqué en 2033 à la Fête de l'Humanité, il enchaîne les scènes. On le retrouve au village associatif Solidays en 2005, plus récemment au Sentier des Halles ou au Cabaret Sauvage à Paris. Il assure les premières parties d'Ayo, Sinsemilia qu'il accompagne en tournée, Louis Bertignac. En 2012, après un passage remarqué lors du festival « Jazz in Marciac » et un concert devant plus de 10 000 personnes à Bayonne, il part en tournée. « Initiales » son 1er album est réalisé en collaboration avec Natty, bassiste du groupe Sinsemilia. Le second sortira en septembre 2015.

Dimanche 26 juillet à 23h : Ocho y media

Qualifiée par Cocazine de gang le plus actif de la scène salsa-ragga-ska parisienne, la Ocho y media produit un répertoire de compositions jubilatoires, un concentré d'énergie positive sur scène, et une réponse enthousiaste du public de tous poils (salseros ou rockers, jeunes ou moins jeunes, danseurs ou non,…).Avec plus de 300 concerts, 3 albums, Ocho y media ajoute ses propres ingrédients (rock, gnawa, musette, funk ou ska des Balkans) à la salsa, offrant un brassage festif, ouvert à l'humanisme et aux arrangements décapants.

­ La Ocho y media se forme il y a plus de 15 ans autour de musiciens d'origines musicales variées mais qui ont un point commun fort : retrouver l'esprit de la Fania. Durant quelques années, la Ocho y Media écume les petites salles parisiennes avec un répertoire essentiellement constitué de Salsa de Nueva York ...made in Paris. Réputés pour leur énergie, c'est sur scène qu'ils ne tardent pas à se faire un nom dans le petit monde de la salsa parisienne.À partir de décembre 2006 et tout au long de 2007, la Ocho Y Media sera invitée sur de nombreuses scènes étrangères, en Espagne (Barcelone, Madrid, Valence), en Suisse, en Belgique, mais aussi aux États-Unis (Miami, Orlando, New York, Elisabeth-NJ) et en au Venezuela (3 concerts dans le cadre d'un festival international de salsa).En début 2013, la Ocho enregistre son troisième album : "El Elefante", 10 compositions originales.

www.facebook.com/FestivalMusicamasPenaElJuli­­­

­


 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus